Coralie Verstraete. Naître et vivre femme en Egypte ancienne

Résumé : La femme en Égypte ancienne peut être perçue comme une arbitre d’elle-même. Contrairement aux femmes de la Grèce antique, qui étaient d’éternelles mineures, elles avaient accès, en Egypte, à plus de libertés, les femmes étant considérées comme des égales de l’homme. En effet, les Egyptiens pensaient que le dieu qui avait créé ces deux sexes n’avait pas fait de différenciation. Ainsi, la femme n’avait de différent de l’homme que son sexe naturel. 

« Naître et vivre femme en Egypte ancienne » est un sujet encore très peu exploité. Comment la jeune fille pouvait-elle avoir accès à une éducation, égale à celle d’un jeune Égyptien ? Quelles étaient les conditions de son mariage ? Comment se passait son divorce ? Qui était cette femme au sein d’un royaume aussi large et puissant que l’Egypte ? C’est autant de questions auquel cet article tâchera d’apporter des réponses. 

L’Égypte serait, dans l’Antiquité, un pays qui donne à la femme le même statut qu’à l’homme. Nous n’avons à ce jour aucune biographie complète d’une femme égyptienne. Des statuettes et figurines de femmes ont été offertes de façon anonyme dans les temples. Mais les nombreux textes et leur qualité permettent aujourd’hui de connaître la façon dont les femmes naissaient et vivaient en Égypte ancienne. La femme y est la représentation de l’amour, de la fécondité, de la sollicitude, à la fois l’amante, la mère, la pleureuse…

L’Égypte est un pays qui, malgré des périodes difficiles, a développé une importante administration pour encadrer la société  —avec à sa tête le pharaon, qui tient son pouvoir des dieux, selon les croyances de l’époque— entre -5500 (naissance de la période prédynastique) et -332 (fin de la basse époque), avant de devenir une province sous la dynastique lagide ou ptolémaïque (entre -323 et -30) puis romaine (-30 à 395 : séparation de l’Empire en deux). 

Frise chronologique de l’Égypte ancienne d’Alexandra Touzeau, disponible sur le site de l’ENS de Lyon : https://planet-terre.ens-lyon.fr/ressource/momies-isotopes-climat-africain.xml
Frise chronologique de l’Égypte ancienne d’Alexandra Touzeau, disponible sur le site de l’ENS de Lyon : https://planet-terre.ens-lyon.fr/ressource/momies-isotopes-climat-africain.xml

Les recherches établies ici concernent la période pharaonique, notamment sous l’Ancien, le Moyen et le Nouvel Empire (environ 2685 avant notre ère à environ 1069 avant notre ère).

La femme en Égypte ancienne est un symbole de sagesse au pouvoir. Il n’est donc pas surprenant qu’en période de troubles, une femme soit choisie pour gouverner, parce qu’elle est considérée comme étant la meilleure protection au pouvoir pour les Égyptiens. Ainsi, lorsqu’un enfant accédait au pouvoir, c’était l’occasion de soulèvements et de tentatives d’accession au trône par d’autres hommes. Mais le jeune pharaon était alors protégé par les femmes de sa famille (mères, sœurs, tantes…). La femme joue donc un rôle important au sein du gouvernement.

Ainsi, il est intéressant ici de se demander quelles étaient les conditions des femmes en Égypte ancienne sous la période pharaonique.

Pour répondre à cette question, il s’agira de s’intéresser en premier lieu à la naissance et à l’éducation des jeunes filles, puis aux métiers auxquels elles pourront accéder, et enfin au rôle de la femme égyptienne au sein de son foyer et de sa famille.

Naissance et éducation des filles égyptiennes 

Tout d’abord, la naissance d’une fille au sein d’une famille est probablement accueillie de la même manière que celle d’un garçon.

La femme avait pour obligation d’avoir des enfants : ce serait pour elle une calamité d’être stérile. Si cela se présentait, elle devait faire de nombreuses incantations aux dieux. Dans un papyrus médical1, nous avons découvert que les Égyptiens connaissaient des procédés pour savoir si la femme était enceinte, et quel était le sexe de l’enfant : « Moyen de reconnaître si une femme enfantera ou si elle n’enfantera pas : (tu placeras) de l’orge et du blé amidonnier (dans deux sachets de toile) que la femme arrosera de son urine chaque jour ; pareillement, de l’orge et du blé amidonnier dans les deux sacs. Si l’orge et le blé germent tous les deux, elle enfantera. Si c’est l’orge qui germe (seul), ce sera un garçon ; si c’est le blé qui germe (seul), ce sera une fille. S’ils ne germent ni l’un ni l’autre, elle n’enfantera pas. » Un autre fragment de théologie memphite explique l’origine de l’orge et du blé, attribué respectivement à l’homme et à la femme : « Il (le dieu créateur) fit naître l’orge de l’homme, il fit naître le blé amidonnier de la femme2 ».

Le temps de la naissance débute avec la mise en place de diverses incantations aux dieux (Hathor, Nephtys, déesse funéraire souvent représentée avec sa sœur Isis, Ipet, déesse nourricière à l’aspect d’hippopotame ou encore Horus qui, toujours avec Isis, permet une protection optimale pour l’enfant à naître), afin de s’assurer de leur protection lors de l’accouchement. D’après Amandine Marshall3, sur une dizaine d’incantations connues concernant la naissance, sept ont été retrouvées à Memphis dans le papyrus Leyde I 348, la septième n’étant pas complète. Elles concernent notamment la protection du lit de la femme enceinte, l’accélération de la naissance, de l’accouchement, la formule de réjouissance au moment de l’accouchement, celle accompagnant la mise au monde de l’enfant, l’appel au nain protecteur, certainement Bès, où il est clairement demandé au placenta de sortir de la mère, ce qui ne peut être autre puisque celle-ci accouche en position accroupie, le placenta ne pouvant que descendre après la naissance de l’enfant. Dans chacune de ces incantations, il y a une référence au dieu Horus, pouvant participer de sa propre naissance et surtout éviter tout évènement néfaste mais aussi à Hathor, déesse de la maternité et épouse d’Horus :

« Je suis Horus ! Je suis venu depuis le désert en étant assoiffé, après avoir entendu un appel. J’ai trouvé quelqu’un qui m’appelait, se tenant debout et pleurant. Son épouse approchait de son temps. J’ai fait en sorte que celui qui pleure arrête — la femme avait crié à l’homme pour obtenir une figurine de nain en argile— : « Viens, laisse quelqu’un s’en aller vers Hathor, maîtresse de Dendérah, de manière à ce qu’ils puissent t’apporter son amulette de santé et que cela puisse la faire accoucher, celle qui est sur le point de donner naissance.4 » 

 

Diverses prescriptions médicales5 sont proposées à la femme enceinte quelques jours avant son accouchement, afin de favoriser celui-ci et la naissance du nouveau-né.  Il est possible que le médecin n’assiste pas à la naissance de l’enfant, mais rien n’est moins sûr. Nous pouvons le déduire dans la mesure où aucun texte ou aucune représentation ne montre le médecin lors de l’accouchement. C’est un moment de vie privée donc très peu documenté. Mais des textes, des iconographies permettent tout de même d’apporter quelques éléments probants quant à la manière dont se déroulait l’accouchement : le récit de la naissance mythique des pharaons Ouserkaf, Sahourê , et Neferirkarê-Kakai, les trois premiers rois de la Vème dynastie (Ancien Empire) dans le papyrus Westcar. Par ailleurs, il paraît important d’ajouter que ce papyrus ne donne pas le nom de ces rois, ce sont les égyptologues qui pensent que ce sont eux, ou d’autres, selon l’école qu’ils suivent. Dans ce document, l’accouchement de Reddjedet, femme d’un prêtre d’Héliopolis et héroïne de ce papyrus, est relaté au moyen de rituels répétés trois fois : la coupe du cordon ombilical, le placement du nourrisson sur une brique et sa toilette. Or, aucun détail n’y est mentionné concernant ces trois rituels. D’autres allusions expliquent uniquement le fait que la femme accouche en position accroupie sur des briques de naissance, comme l’artisan Neferabou de Deir el-Médineh qui fait dresser une stèle à la déesse Meretseger, sur laquelle est écrite la phrase : « J’étais assis sur des briques comme la femme lors de l’enfantement, et j’avais beau appeler un souffle, il ne venait pas. »

La mère comme l’enfant risquent leur vie durant la phase de l’accouchement. En effet, la mère, après la naissance de l’enfant, doit rejeter entièrement le placenta, au risque d’hémorragies pouvant l’amener à mourir. Une fois l’enfant né, lui aussi doit subir des rituels comme l’ouverture de la bouche, le traitement du cordon ombilical et de son enveloppe placentaire, sa purification et enfin sa nomination. 

 

Jusqu’à l’âge de trois ans au moins, la petite fille est alimentée par le lait de sa mère ou de sa nourrice. Durant les saisons chaudes, elle circule nue dans la maison de ses parents ou au-dehors. Elle joue avec les animaux qui l’entourent (les cabris, les oies, les canards…). Les rares jouets connus sont souvent des objets domestiques, mais elle avait aussi une silhouette animale en bois montée sur des roulettes, à laquelle était attachée une corde. À la Basse-Epoque (664-332 avant notre ère), elle avait également une poupée articulée en bois. Les jeunes filles pouvaient pratiquer une activité physique et partageaient les jeux des garçons. Elles suivaient des leçons d’acrobatie pour se préparer aux rites funéraires ou aux panégyries et elles jouaient à des jeux d’adresse avec des balles en cuir.

Dès l’âge de quatre ans et durant quelques années, les filles des classes aisées peuvent suivre un enseignement dispensé, notamment pour les jeunes filles qui sont destinées à devenir fonctionnaires. Cela concerne les filles de nobles principalement puisqu’elles ont pu suivre les enseignements du palais avec les enfants royaux. Ainsi, elles devaient se former à l’écriture des hiéroglyphes : elles devaient d’abord apprendre une liste de signes, puis leur prononciation et leur signification. Elles s’entraînaient à copier des petits textes, notamment en hiératiques. Il est possible qu’elles suivent aussi des leçons de grammaire et de conjugaison. Pour recevoir le titre de « scribe qui a reçu l’écritoire », elles devaient être instruites à l’arithmétique, aux mathématiques et à la géométrie à la fin de leur premier cycle d’études.

Les parents avaient le devoir d’éduquer leur enfant en l’envoyant à l’école ou en l’éduquant au sein de la famille. Ils doivent leur enseigner le principe de Mâat. Pour rappel, cette déesse égyptienne est le symbole de l’ordre, de la justice et de la vérité. Par cela, les parents doivent donc apprendre à leurs enfants à devenir de futurs adultes, ayant une vie heureuse dans le respect des dieux et des hommes. 

Métiers des femmes  

Les jeunes filles des classes les plus nobles qui ont reçu une instruction appropriée peuvent exercer des professions mixtes, si on en croit Christiane Desroches Noblecourt. On peut penser, pour illustrer ce propos, à la dame Nébèt, qui était juge et vizir lors de la VIème dynastie (dernière dynastie de l’Ancien Empire). Cela a pu se reproduire à nouveau à la XXVIème dynastie. Mais très peu de sources nous renseignent encore une fois sur ce sujet. Pésèshet, enterrée dans un mastaba remontant à la VIème dynastie, portait le nom de directrice des doctoresses : cela suppose que certaines jeunes filles aient pu recevoir les enseignements de la médecine et de la chirurgie. Celles-ci devaient certainement soigner les femmes et leurs enfants des familles royales en priorité. D’autres femmes peuvent être accoucheuses. Mais celles-ci peuvent compléter leur profession par le métier de chanteuse-musicienne.

D’autres d’entre elles, celles qui avaient fait des études de scribes, pouvaient travailler dans l’administration : Christiane Desroches Noblecourt cite H. G. Fisher, qui mentionnait les métiers d’intendante, de cheffe du département des magasins, de contrôleuse des magasins royaux, d’inspectrice de la salle à manger, du trésor, trésorière, surveillante des vêtements, etc.

Les femmes pouvaient occuper la fonction de nourrice, qui ne demandait pas d’enseignement particulier, sauf dans le cas des nourrices royales, qui devaient suivre les études de nobles et de jeunes maîtres. Elles pouvaient également travailler dans les métiers de filature ou être intendantes de la chambre des perruques au palais royal. 

Les jeunes filles qui n’avaient pas reçu d’enseignement durant leur enfance pouvaient aussi aspirer à trouver un travail, notamment dans l’artisanat, qui ne demandait pas d’instruction particulière. Ainsi, elles apprenaient à filer, à tisser, à fabriquer des vêtements, ou bien à réaliser des onguents. De la même manière, les femmes exerçaient les métiers de la toilette féminine : elles étaient coiffeuses, habilleuses, pédicures, masseuses… 

Ces métiers diminuent au Moyen-Empire. Il est important de mentionner que, d’après Christiane Desroches Noblecourt, les femmes percevaient un salaire identique aux hommes occupant un emploi similaire. 

Hormis ces métiers, certaines femmes travaillaient au sein du clergé, à condition d’avoir reçu l’instruction nécessaire. Elles s’attelaient donc à la préparation des cérémonies, elles étaient celles qui veillaient, surveillaient au sein des temples. Elles avaient aussi vocation à être les chanteuses ou les joueuses de sistres, tout cela dans le but de servir les dieux et déesses comme Hathor ou Neïth. Parfois, elles étaient nommées à la charge de prêtresse funéraire. Au Moyen-Empire apparaît même la charge d’Épouse du Dieu (la femme du pharaon était aussi épouse du grand dieu céleste Amon). Cette charge ne se maintient pas au Nouvel-Empire, car il apparaît une régression de la présence du travail féminin dans les temples. 

Le rôle de la femme au sein de son foyer et au cœur de sa famille 

Tout d’abord, il semble crucial de rappeler l’égalité, apparente dans les sources, entre l’homme et la femme, au moins jusqu’à l’époque ptolémaïque. Effectivement, cette dernière ne vit pas sous la tutelle d’un homme comme dans le monde grec. Les Égyptiens considèrent que la puissance paternelle n’est pas un emprisonnement mais bien une manière de protéger les jeunes filles. Sophocle et Euripide (auteurs grecs du Vème siècle) en font d’ailleurs une critique sévère, puisqu’ils considèrent les Égyptiens comme « restant assis au coin du feu pendant que la femme traitait toutes les affaires du ménage 6». Cette citation est emblématique quant à l’expression des différences de point de vue entre Grecs et Égyptiens. Diodore de Sicile va jusqu’à écrire que « chez les particuliers, l’homme appartient à la femme, selon les termes du contrat dotal […] et il est stipulé entre les mariés que l’homme obéira à la femme 7». Il reste néanmoins possible que l’auteur ait ici simplement souhaité faire une critique de la civilisation égyptienne, aux antipodes des Grecs.

Bien qu’égale de l’homme, au moins durant l’Ancien-Empire, la femme a des impératifs pour le mariage. Elle doit d’abord être vierge. Une fois mariée, elle a l’interdiction de commettre un adultère. Dans le cas contraire, des textes la menacent de peine de mort, bien qu’aucune trace de ce châtiment ne soit répertoriée par une source. Seul le conte populaire L’histoire du mari trompé8 relate cette histoire, mais c’est une façon d’éviter que cela se produise. Il est probable qu’un mari n’ait pas le droit de pratiquer la polygamie. Mais on retrouve très régulièrement des stèles représentant les deux époux, avec parfois une seconde femme présente à leurs côtés. Il est possible que ce soit, plutôt que la preuve de la polygamie, la représentation d’une première femme, puis après décès de celle-ci, l’ajout de la seconde après remariage. Cela s’explique notamment par le nombre important de femmes mortes en couches durant l’Antiquité, et qu’il fallait alors donner de nouvelles mères aux nouveau-nés. De même, le divorce pouvait expliquer la présence de plusieurs femmes aux côtés d’un seul homme. Reste néanmoins le cas assez particulier de Méry-Aâ (visible au Louvre), qui est représenté avec ses six épouses, remettant en cause le fait que ses cinq femmes soient mortes ou divorcées. La polyandrie est également très douteuse. Mais Mènket est présente sur deux stèles au Louvre, avec deux maris différents. Or, rien n’empêche ici non plus de penser que cette dernière aurait été mariée à un premier mari, puis à un second après décès du premier.

Le divorce était en Égypte ancienne un droit donné aux deux époux. La cause la plus fréquente du divorce est l’adultère. Des écrits ont été retrouvés à Deir el-Médineh, dans le village des artisans de la nécropole royale à l’ouest de Thèbes. Cet emplacement concerne la classe ouvrière. Nous pouvons, grâce à ces fouilles, retracer des parties de la vie des ouvriers, notamment la mention de nombreux adultères, qui ne semblent pas avoir été punis comme il était convenu dans les textes. Il est possible que la peine de mort ne touche que les classes riches. Le divorce pouvait également être établi lorsqu’un des deux époux était stérile, ou bien lorsqu’ils n’arrivaient pas à avoir de relations, souvent parce qu’un des deux étaient épris d’une tierce personne. La difficulté du divorce réside surtout dans le fait que si c’était l’homme qui demandait le divorce, il devait rendre, sauf en cas d’adultère, le « cadeau pour la femme », « l’argent pour devenir épouse ».

Le mariage n’était pas une cérémonie à proprement parler, mais simplement un pacte passé entre les deux futurs époux et leur famille. Le jeune homme voulant épouser une femme devait se rendre chez le père de celle-ci pour s’entretenir avec lui. S’il y avait accord entre eux deux, la jeune femme devait quitter sa maison familiale pour rejoindre celle de son époux. Il était apparemment possible que parfois, ce soit le mari qui rejoigne la maison familiale de sa jeune épouse. L’objectif principal du mariage était d’entretenir des relations au sein de la famille, d’y apporter une atmosphère de sécurité et de concevoir des enfants légitimes. Une fois mariée, la jeune femme ne changeait pas de nom, elle gardait celui de sa propre généalogie, le nom de son mari n’étant pas même apposé au sien. Mais souvent, elle est désignée comme « l’épouse de… ».

Le rôle de la femme au sein de la maison est avant tout celui de nébèt-pèr, la maîtresse de maison. Ainsi, c’est elle qui gère l’administration de la maison, elle est la hénout, la souveraine des servantes : ces dernières pouvaient parfois entrer en rébellion contre elle, et elle devait donc faire preuve de sagesse pour gérer l’administration familiale. De même, c’est elle qui s’occupe du déroulement de la vie journalière. Elle porte un grand intérêt au bon fonctionnement de sa maison et de sa famille. Mais surtout, afin d’être légitime à l’organisation de la maison et à son rôle de maîtresse de maison et de concubine, elle devait de toute urgence avoir des enfants, et au mieux un fils aîné pour rassurer et conforter son mari, au Nouvel Empire notamment.

Conclusion

 

La place des femmes en Égypte ancienne est un trait aujourd’hui des plus frappants d’une société de l’Antiquité. Elle est l’égale de l’homme dans chacun des moments de sa vie : elle peut faire des études, elle a la possibilité d’hériter, de divorcer, et même d’intenter un procès contre son mari pour récupérer des biens, pouvant également le gagner. Après son divorce, elle pouvait se remarier. L’égalité des sexes n’était pas un acharnement ou une lutte continuelle. C’était un don des dieux, qui avaient façonné les hommes et les femmes comme des êtres égaux, et que leur sexe, par nature, n’était pas un élément de différence. Comme nous l’avons vu, chacun avait son rôle, la femme étant la maîtresse de maison et la mère des enfants du mari.

 Alors que non loin de là, la femme en Grèce était une éternelle mineure, utilisée par son mari et son père dans l’unique but de procréer, ne pouvant travailler, ou avoir des droits au sein de sa polis, en Égypte, la femme était protégée au point qu’un scribe, Ani, a écrit pour un jeune mari : « Si tu es sage, garde ta maison, aime ta femme sans mélange, nourris-la convenablement, habille-la bien. Caresse-la et remplis ses désirs. Ne sois pas brutal, tu obtiendras bien plus d’elle par les égards que par la violence. Si tu la repousses, ton ménage va à vau-l’eau. Ouvre-lui tes bras, appelle-la; témoigne-lui ton amour. » (papyrus d’Ani)

Coralie Verstraete 

M1 (EAD) histoire des mondes anciens et médiévaux 

Mémoire d’histoire ancienne sous la direction de Christel Müller 

Notes

1 S. Sauneron , ” A propos d’un pronostic de naissance (pap. de Berlin 3.038, v° II, 2-5 “, BIFAO 60, 1960, p. 29-30.

2 AUFRERE, S. sur le site internet du muséum agropolis : http://museum.agropolis.fr/pages/expos/egypte/fr/rites/pronostics.htm

3 MARSHALL, A. (2015) : Maternité et petite enfance en Egypte ancienne, Monaco.

4 Papyrus Leyde I 348, formule 31 (verso 12, 6-12, 9), Borghouts, J. (1971) : The Magical Texts of Papyrus Leiden I 348, OMRO 51, Leyde.

5 Bardiner, T. (1995) : Les papyrus médicaux de l’Egypte pharaonique, Paris.

6 DESROCHES NOBLECOURT, C. (2000) : La Femme au temps des Pharaons, Paris.

7 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, tome I, XXVII.

8 Anonyme égyptien, Le conte du mari trompé, dirigé et traduit par François Schuler, 1999.

Bibliographie : 

 DESROCHES NOBLECOURT, C. (2000) : La Femme au temps des pharaons, Paris.  

 GRAVES-BROWN, C. (2010) : Dancing for Hathor : Women in Ancient Egypt, London. 

 MARSHALL, A. (2015) : Maternité et petite enfance en Egypte ancienne, Monaco. 

 ROBINS, G. (1993) : Women in Ancient Egypt, Harvard. 

 SAUNERON, S. (1960) : À propos d’un pronostic de naissance (pap. de Berlin 3.038, v° II, 2-5) ”, BIFAO 60, 29-30. 

 TYLDESLEY, J. (1998) : Les Femmes dans l’Ancienne Egypte, Monaco. 

 



Citer ce billet
Hugues des Ligneris (2022, 12 mars). Coralie Verstraete. Naître et vivre femme en Egypte ancienne. Master Histoire de Nanterre. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mzff

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.