Christine Leyder. Compte-rendu de lecture de l’ouvrage d’Ivan Jablonka : Mesurer la souffrance des enfants abandonnés

Il n’existe rien de plus fulgurant et de plus traumatisant pour un enfant que d’être séparé de toute figure parentale dès son plus jeune âge. Quand abandon rime avec traumatisme… L’Assistance publique des XIXe et XXe siècle doit percevoir, comprendre et répondre alors aux besoins des enfants qu’elle se doit de protéger, éduquer et insérer dans la société avec le concours des familles nourricières. Mais, la lecture des sources témoigne de l’inadéquation des réponses de l’Assistance publique face aux troubles psychologiques et psychosomatiques des enfants abandonnés. Avec ses écrits, Ivan Jablonka redonne la parole à ces enfants et une réelle place dans l’histoire.

Ivan Jablonka, « Mesurer la souffrance des enfants abandonnés », in Histoires de la souffrance sociale : XVIIe-XXe siècles. Rennes : PUR, 2007, p.99-109.

L’auteur

Ivan Jablonka est professeur d’histoire à l’Université Sorbonne Paris Nord. Ses travaux portent essentiellement sur l’enfance abandonnée en référence à sa thèse présentée en 2004 : « Les enfants abandonnés de la République : l’enfance et le devenir des pupilles de l’Assistance publique de la Seine placés en famille d’accueil (1874-1939) ». Cette dernière va servir de base à son livre Ni père ni mère. Histoire des enfants de l’Assistance publique (1874-1939) paru aux Editions du Seuil en 2007.

L’article et son questionnement

L’article met en exergue une des problématiques de ce recueil de 2007, à la croisée des sciences sociales et du travail de l’historien : celle du traumatisme et du vécu des enfants abandonnés. Les sources sont constituées de nombreux dossiers d’enfants assistés (près de quatre cents), certains riches de renseignements grâce aux courriers rédigés par les enfants eux-mêmes, ceux des nourrices, ou bien les comptes-rendus de visite d’inspecteurs ou de directeurs d’agence dans les familles d’accueil. Comment l’Assistance publique comprend les témoignages, les comportements et les observations relevés par ses agents et surtout quelles sont ses réponses face aux souffrances dont nous parle Ivan Jablonka ? Voici donc le propos de cet écrit.

Les travaux de Sigmund Freud et leur diffusion en toute fin des années 1930 ont permis d’éclairer la nature traumatique d’un abandon pour l’enfant envoyé à la campagne loin de sa famille biologique. Cette rupture, accompagnée d’une « carence affective », est d’autant plus délétère que l’enfant est petit, séparé de toute figure parentale et surtout maternelle. Ainsi, l’abandon est associé à un traumatisme qu’Ivan Jablonka définit comme l’une des plus grandes souffrances morales qu’on puisse infliger à un être. L’auteur ne différencie pas l’âge des enfants ni la particularité de chaque histoire. Il fait cependant parler les archives et les dossiers des enfants, ouvrant ainsi une fenêtre sur chaque histoire.

Le premier écueil des sources montre qu’elles ne contiennent que peu de renseignements sur les souffrances éprouvées par les enfants, mais l’historien peut se raccrocher aux « traces » tels que les comptes rendus médicaux puisque les enfants placés ont un suivi médical obligatoire. Le mal-être et la souffrance psychologique ne paraissent pas car les agents ne sont pas formés et « sensibilisés » à ce type d’évaluation. Enfin, un enfant habitué à un mode de fonctionnement, comme des liens d’affection emprunts de violence peut estimer ceux-ci comme une norme dans toute famille et donc ne pas en parler. Ivan Jablonka va alors adopter trois types de lecture dans l’analyse des archives pour comprendre la souffrance des enfants.

En se référant au psychiatre René Spitz, l’historien tente, tout d’abord, de repérer dans les sources les signes de chagrin et de dépression du petit enfant sur le mode de la régression des acquisitions, du repli, à la capacité « de se laisser mourir » si « séparé de sa mère après six mois de bonnes relations ». Pour cela, l’historien traque les commentaires des directeurs d’agence portés par écrit dans les dossiers, en ce qui concerne le signalement de signes de repli, de tristesse ou de timidité exacerbée. A un âge plus avancé, si les signes mettent à mal un placement, une pension est octroyée à l’enfant. Quand le mal-être, la solitude de l’enfant plus grand sont décrits lors des visites ou dans les courriers, les directeurs d’agence se doivent de répondre à la volonté des jeunes gens de renouer des liens avec leur famille biologique, notamment pour les abandons tardifs, en acceptant des rencontres.

La deuxième lecture des sources analyse les répercussions psychosomatiques de l’abandon en mettant en exergue deux troubles que sont l’anorexie et l’énurésie.

Anémie ou chlorose sont les autres appellations données à l’anorexie, caractéristique de la « maladie des orphelines » au XIXe siècle se manifestant par une pâleur extrême, une maigreur, et une asthénie pouvant nécessiter une hospitalisation. Les portraits des jeunes filles concernées ont pour trait commun un abandon très précoce avant l’âge d’un an. Dans les sources, les directeurs d’agence peuvent ainsi témoigner que c’est indépendant des familles d’accueil qui manifestent d’ailleurs leur inquiétude par écrit ou lors des visites.

L’énurésie, pour les enfants au-delà des quatre ans, contribue à de nombreuses plaintes des familles d’accueil. A l’étonnement devant le nombre d’enfants impliqués, l’administration répond par l’octroi de suppléments de pensions ou la remise d’alèses protectrices. Ce trouble s’explique selon les dossiers par un enfant maltraité dans sa famille d’accueil, ou bien fainéant, sale voire vicieux au gré des périodes, générant humiliation, corrections dans les familles. Enfin, l’énurésie – symptôme d’une maladie – engendre la mise sous traitement médicamenteux, le défaut des familles et le déplacement des enfants. Ce trouble n’est donc pas compris comme une manifestation de l’abandon tout comme l’anorexie par l’Assistance publique et les familles.

Enfin, l’« anormalité de caractère » ou l’instabilité psychomotrice peut favoriser la mise à l’écart des enfants dans des institutions spécialisées. L’enfant est qualifié dans les sources, que ce soit dans les écrits des familles ou les dossiers des agences, de jeune « insolent », « au cerveau dérangé », « voleur » ou « maniaque ». L’institution peut, enfin, le répertorier comme arriéré mental. Ivan Jablonka explique cette appellation par l’impuissance de l’Assistance publique devant des comportements non conventionnels selon elle. Il s’appuie sur l’exemple de Jean Genet qui choisit une vie d’errance malgré une scolarité brillante et prometteuse. Diagnostiqué dérangé puis débile par un médecin de l’hôpital Sainte Anne, il est menacé d’asile.

La spécificité de la méthode de Ivan Jablonka, qui renouvelle la notion d’enquête historique par le recours à d’autres disciplines des sciences sociales, s’illustre ici par sa traque des marqueurs psychologiques ou psychosomatiques dans les sources étudiées : des marqueurs de rupture, de carences affectives dans une famille étrangère, et des préjugés pour les enfants abandonnés. L’ « aveuglement » de l’institution est ce qui est le plus décrié dans cet article, les symptômes sont signalés mais leur compréhension est aléatoire. Certains agents semblent plus sensibles à les analyser mais les réponses de l’Assistance publique sont inappropriées pour répondre au traumatisme des enfants abandonnés.

Mon analyse

L’étude de Jablonka met en évidence la spécificité d’une période telle que celle couvrant la Troisième République et le début du XXe siècle. La Loi Roussel de 1874 réclame de protéger les enfants dits assistés en les plaçant « contre salaire hors du domicile parental », « sous la surveillance de l’autorité publique pour protéger sa vie et sa santé » tandis que la loi de 1904 confie cette mission et la tutelle de ces enfants aux préfets dans le département de la Seine (dont Paris), et aux inspecteurs départementaux et directeurs d’agence dans les provinces. Les Enfants assistés deviennent les « pupilles de l’Assistance publique » et l’administration se substitue aux géniteurs. Ce sont des fonctionnaires qui se voient chargés du suivi des enfants placés dans les familles nourricières dans les campagnes. Ivan Jablonka fait parler les dossiers de ces pupilles en notant les réponses inappropriées des institutions. Plusieurs remarques peuvent apparaitre.

En premier lieu, un nombre considérable d’enfants placés dans les provinces est sous la responsabilité des directeurs d’agence, aussi une visite trimestrielle des pupilles dans les familles peut sembler insuffisante pour connaitre un enfant. Et ce, d’autant que cette visite a pu être préparée par la famille en amont faussant la réalité de vie de l’enfant placé. N’oublions pas que la nourrice est rémunérée contre les soins apportés et le respect de ses obligations.

Ensuite, les écrits des pupilles que l’on peut voir dans leur dossier sont la plupart du temps relus et corrigés par les familles. Les plaintes verbales ou rédigées des nourrices peuvent être exacerbées afin aussi de récolter des suppléments de pensions en montrant le vice ou les méfaits de l’enfant. Certaines peuvent être aussi démunies face à des comportements inhabituels de repli, de violence ou autres troubles.

Enfin, il reste les visites médicales et l’observation plus fine des inspecteurs qui peuvent décrire précisément dans leurs comptes-rendus ce que l’enfant dit ou montre physiquement (pâleur, tristesse, repli). Peu d’agents sont sensibilisés au monde de l’enfance et encore moins formés aux signes du mal-être des plus petits car il faut attendre le développement de la puériculture après le deuxième conflit mondial pour comprendre le psychoaffectif et psychomoteur de l’enfant. On ne peut donc pas reprocher l’inaction de l’Assistance publique face à la souffrance des pupilles et ses répercussions. Ivan Jablonka évoque d’ailleurs les travaux de Sigmund Freud sur le traumatisme qui, bien qu’ils aient débutés vers 1890, ne verront leur diffusion plus large qu’à l’approche de 1939 (il fait le rapprochement entre le traumatisme à l’origine de l’hystérie).

Je ne pense pas qu’on puisse faire le procès d’une institution qui a dû procéder avec les connaissances qu’elle avait en un moment de l’histoire, composer avec les préjugés d’une société qui montrait du doigt des enfants de famille défaillante. Devait-elle en faire davantage car, après tout, elle a répondu à ses missions d’assistance, de placement, d’éducation, de suivi médical des enfants dans le respect des lois de son temps ? Peut-on blâmer des agents ou des nourrices pour leur manque d’empathie ou leur désinvolture alors que le placement des enfants dans leur agence pour les premiers permettait la récolte de subsides supplémentaires et, la survie de leur famille par des ressources financières et des bras non négligeables pour les deuxièmes ?

On ne peut donc considérer cette analyse avec le prisme de nos connaissances quelles qu’elles soient, de notre législation et de nos comportements actuels.

Cependant, la démarche de Ivan Jablonka est particulièrement intéressante car, en mobilisant les “écrits du réel” (les dossiers des pupilles et les rapports de l’Assistance publique) sous une forme d’histoire sociale voire sociologique, il redonne ici la parole aux enfants réifiés dans des dossiers, et donc une place dans l’Histoire.

 

Christine Leyder-Boukerche – M1 Histoire et Sciences Sociales du Politique

Mémoire de recherche sous la direction de Mme Annick Lacroix


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.