Ndiaye Fatoumata. MIGRATION EN AFRIQUE DE L’OUEST : LA FORTE MIGRATION DES GUINÉENS AU SÉNÉGAL SOUS LE RÉGIME DE SÉKOU TOURÉ (1958-1984)

La mobilité spatiale est un fait présent dans toutes les sociétés et à tous les âges. L’histoire nous montre que de l’Antiquité à nos jours, les hommes se sont déplacés dans l’espace géographique à la recherche de meilleures conditions de vie. Ce phénomène appelé généralement migration se définit comme étant le déplacement d’une personne d’un lieu à un autre pour des raisons politiques, économiques, sociales ou personnelles dans l’espoir d’y mener une vie meilleure. Ce phénomène migratoire est un fait très ancien en Afrique et les motifs qui poussent les hommes à se déplacer dépendent des préoccupations du moment. En effet, l’histoire de la constitution des entités politiques africaines est strictement liée au phénomène de la migration des peuples, l’exemple de la migration des « Bafours » dans la Sénégambie1  et celle saharienne des peuples noirs d’Afrique vers l’Egypte en est une parfaite illustration.

Malgré les frontières nationales actuelles, la Sénégambie demeure un espace intégré. Dans toute la région, les continuités historiques, ethniques, linguistiques et économiques sont manifestes. D’importants mouvements migratoires de différents types, comme les conquêtes, la colonisation agricole, l’exode rural ; le navetanat2  et les migrations saisonnières, ont eu lieu entre les différentes régions de la Sénégambie. Les causes de la migration peuvent différer d’une époque à une autre. D’abord à l’époque des Grands Empires (VIIIe-XVIe), les hommes migraient pour échapper aux envahisseurs. En outre la période coloniale (XIXe) correspond avec l’avènement de la migration forcée dans la mesure où la main-d’œuvre était recrutée de force pour aller travailler dans les grands chantiers telle que la ligne de chemin de fer Dakar- Bamako. Toutefois, au lendemain des indépendances, les migrations ont revêtu un aspect politique avec l’apparition de réfugiés politiques dans les pays africains. Mais depuis la fin des années 60, les migrations se sont amplifiées en Afrique et les facteurs économiques figurent en première ligne parmi les causes de ce phénomène. Dans ce contexte le Sénégal est perçu comme un pays d’accueil de réfugiés et un espace de forte demande de main-d’œuvre en Afrique de l’Ouest, notamment pour les émigrés guinéens. Le Sénégal et la Guinée sont deux Etats nés de l’éclatement de l’ancienne Afrique occidentale française(A.O.F). Ils partagent une frontière, des langues (malinké, fulfulde et autres), des religions (Islam, Christianisme, religions traditionnelles).

La Guinée est l’un des Etats frontaliers du Sénégal fournissant de gros contingents d’émigrés. D’abord la mise en place d’un nouvel ordre économique basé sur l’exploitation des richesses naturelles des différentes colonies de l’A.O.F engendre de profonds déséquilibres régionaux. En effet, la crise de l’économie traditionnelle, confrontée à une administration qui imposait une pression fiscale lourde avec l’appui des chefs locaux constitue un élément majeur dans la migration guinéenne au Sénégal. La Guinée faiblement exploitée devint alors un réservoir de mains-d’œuvre pour certaines colonies voisines. C’est dans ce contexte que les migrations guinéennes au Sénégal débutèrent dans le cadre de la culture de l’arachide qui utilisa assez tôt les bras valides des jeunes paysans étrangers. En Guinée, ce mouvement migratoire saisonnier plus connu sous le nom de Navetanat toucha surtout les habitants du Fuuta Djallon (région de plateaux cuirassés élevés (1000-1500 m), pauvres, très densément peuplés à activité agro- pastorale peu rémunératrice).

Par ailleurs, la rupture avec la métropole et l’accession à l’indépendance de la Guinée (1958) marquent un tournant décisif dans la migration des populations entre les deux pays avec l’instauration des frontières. Cette période coïncide avec l’arrivée de Sékou Touré au pouvoir. Le nouveau président coupe tous liens avec la métropole allant même jusqu’à créer en 1960 une zone monétaire spéciale à la Guinée. Dès lors, le pays souffre de contrebande, de trafic clandestin des produits destinés au marché intérieur, de l’inflation monétaire, arrêt de l’exode des bras valides, la chute du prix de l’arachide… A cela s’ajoute, la permanence des complots réels ou imaginaires contre le régime en place et la discrimination à l’égard des Peuls3  guinéens, considérés comme des boucs émissaires dans leur propre pays. De ce fait ils sont victimes d’assassinats, d’incarcérations abusives, de tortures. Cependant on note une intensification de la migration guinéenne dans la sous-région malgré les réformes mises en place par le Président. Pour parvenir à Dakar, à peine 5% des migrants prennent l’avion ou le bateau et se déplacent munis d’un passeport ou d’un titre de voyage en cours de validité dont l’obtention en Guinée est difficile4 . La grande majorité entre au Sénégal par la route. Néanmoins lorsque celle-ci est fermée comme c’est souvent le cas quand les gouvernements des deux pays sont en mauvais termes les migrants prennent les risques de traverser la frontière clandestinement d’où l’utilisation de l’expression « Air- Bappe » qui veut dire passer par les buissons. Les crises politiques et les difficultés économiques sous le règne de Sékou Touré ont engendré l’immense migration, des Guinéens à Dakar.

Le régime de Sékou Touré a été le début d’hostilités en Guinée car il se présente comme un dictateur. Après un parcours bien préparer de 1945 à 1957 comme syndicaliste, puis homme politique, il accède au pouvoir au titre de la loi cadre et pleinement en 1958 avec l’accession de la Guinée à l’indépendance. A partir de ce moment, Sékou Touré supprime tout intermédiaire entre lui et le peuple en commençant par la métropole dont tous liens avec la Guinée se sont détériorés depuis le « NON » de la Guinée au Général De Gaulle lors du Référendum du 28 septembre 1958 qui instituait une « communauté » franco-africaine. D’abord ce régime vise à détruire toutes les structures traditionnelles, ou du moins à leur enlever tout pouvoir, pour les transférer au peuple à travers les organismes du Parti unique. Le citoyen guinéen devient totalement dépendant du Parti, il appartient obligatoirement au comité du quartier ou du village, transformé en septembre 1967 en PRL (Pouvoir Révolutionnaire Local)5 . C’est dans ce contexte que lors de sa conférence de presse du 20 septembre 1982 à Paris, le président guinéen déclare que « tout guinéen est obligatoirement membre du Parti », et ajoute : « notre idéologie, nous l’apprenons aux enfants dès le bas âge. Un guinéen de huit (8) ans est capable de vous l’expliquer ». En effet, le Guinéen dépend entièrement de son PRL pour sa nourriture, son habillement, son logement, son éducation, son travail, sa santé. Le régime de Sékou Touré a engendré d’énormes crises dans tous les domaines en Guinée avec la dégradation du système d’enseignement, les réformes économiques, les contraintes sociales… ce qui a engendré d’importants flux de migrations en direction du Sénégal.

 

DIALLO P-I. Les Guinéens de Dakar : Migration et intégration en Afrique de l’Ouest, Paris, Harmattan, 2009, 185 p.

FALL F.C, « Les immigrés peuls de la Guinée dans le secteur informel à Dakar », 2004, 16-17 p.

GUILLAUME LEFEBVRE, « La migration guinéenne vers Dakar : Mutation d’un espace migratoire international », Université de ROUEN, 2003, 351 p, 21 p d’annexes.

JEANJEAN M. Sékou Touré : Un totalitarisme africain, Paris, Harmattan, 2004, 310 p.

 

Fatoumata NDIAYE

Master 1 – Sociétés modernes et contemporaines dans la mondialisation

Mémoire sous la direction de Mme Annick Lacroix et Mme Claire Fredj

 

 



Citer ce billet
sophieboucau (2024, 6 mars). Ndiaye Fatoumata. MIGRATION EN AFRIQUE DE L’OUEST : LA FORTE MIGRATION DES GUINÉENS AU SÉNÉGAL SOUS LE RÉGIME DE SÉKOU TOURÉ (1958-1984). Master Histoire de Nanterre. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://cmhn.hypotheses.org/7631

  1. Elle couvre l’ensemble des régions en contact plus ou moins direct avec les bassins des fleuves Sénégal et Gambie, situées au Sénégal, en Gambie, au sud de la Mauritanie, à l’ouest du Mali et au Nord de la Guinée et de la Guinée Bissau. []
  2. Travailleur agricole saisonnier louant sa force de travail pendant la saison agricole. []
  3. Ethnie majoritaire principale opposant du régime de Sékou Touré. []
  4. En Guinée pour l’obtention des papiers nécessaire pour le voyage il faudra une justification autre que d’aller chercher du travail. Seuls ceux qui sont reconnus depuis très longtemps comme des résidents au Sénégal (à l’exception des opposants politiques) se font délivrer facilement des papiers. []
  5. Les PRL étaient chargé de l’administration des villages par la restriction des droits et libertés de la population. Ils luttaient contre l’exode rural et les tentatives d’évasion. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.