RIGOLLET BÉATRICE. COMPTE-RENDU DE SÉJOUR AUX ARCHIVES DE LA FONDATION CDEC DE MILAN 

Photo personnelle du centre de documentation hébraïque de Milan, janvier 2024

Dans le cadre de mes recherches, j’ai eu l’opportunité de faire un séjour en Italie de janvier à juin 2024, où j’ai pu consulter les archives de la fondation du centre de documentation hébraïque contemporain.

L’italien, une langue que je parle, n’a pas présenté d’obstacle à l’accès aux documents numérisés et ceux sur place. J’ai pu dès septembre 2023, préparer mon corpus d’archives à consulter à Milan depuis Nanterre. Cependant, si une personne est désireuse d’étudier, ou simplement de se renseigner sur la documentation de la fondation, celle-ci devra soit avoir recours à un traducteur, soit opter pour une traduction plus abstraite, voire erronée par les moyens de traduction, ou un dictionnaire pour les plus motivés, bien sûr. 

C’est pourquoi à travers ce billet, je souhaite dresser un tableau de ce qu’est la fondation. J’espère ainsi, permettre aux étudiants, passionnés, curieux, d’avoir un aperçu de l’état des lieux de la richesse de la fondation du centre de documentation hébraïque contemporain de Milan.  

Abréviation : 

CDEC : Centre de documentation hébraïque contemporain 

Pourquoi choisir la CDEC, contexte de ma recherche 

Sous la direction de Sylvie Aprile, j’écris un mémoire sur l’émigration juive en Palestine de 1924 à 1938. C’est d’abord par curiosité de l’histoire du droit international, que cette période m’a intéressée. En effet, elle regroupe le début, l’évolution jusqu’à l’échec de la communauté internationale sur le droit des réfugiés, qui se manifeste par le cas des réfugiés juifs, qu’aucun pays ne souhaite accueillir. 

L’accueil des réfugiés est un sujet tristement d’actualité. Dans notre contexte actuel, les puissances se rejettent tour à tour la responsabilité de l’aide portée aux réfugiés et une question refait toujours surface au sein des peuple : pourquoi est-ce que la communauté internationale semble si silencieuse ? 

Autour de moi, j’ai pu voir ô combien le parallèle avec mon sujet pouvait surprendre, par sa similarité à l’actualité récente. C’est notamment en comparant les articles de presses et leurs illustrations, caricatures, que je trouve la similarité évidente. Pour vous donner un aperçu, j’ai trouvé notamment ces deux illustrations que 83 années séparent.  

 

Dessin paru dans le New York Times du 3 juillet 1938, après la conférence d’Évian 

 

Illustration de Téo Manisier parue dans le Taurillon le 22 juin 2021, après les affrontements en région israélo-palestinienne entre avril et mai 2021 

On ressent alors que l’histoire se répète mais surtout, hélas, que l’histoire bégaie1 . Intriguée, je décide d’aller plus loin et de faire l’état des lieux des études existantes sur le sujet. Il existe une pluralité d’études sur le thème de l’émigration ; d’une part nous pouvons lire des d’études de droit, de sciences politiques, de sociologie, d’autre part des études d’histoire. Celles-ci se concentrent sur l’évolution lente de la notion de réfugiés, à travers les évènements historiques2 . Ces études sont, le plus souvent, une combinaison entre histoire et droit, où la première partie concerne l’évolution de la notion, puis la seconde explique les conséquences de la création d’un droit des réfugiés. Pourtant, un acteur principal manque à l’appel, nous connaissons mal la manière dont l’évolution de ce droit est vécue par les individus.  

Mon mémoire essaie d’apporter certains éléments à ce manque. Pour ce faire, je me suis concentrée sur une étude de cas ; les juifs fuyant pour la Palestine depuis la ville portuaire de Trieste en Italie, surnommée « Porte de Sion ». J’exploite pour cela un fonds d’archives3 et des journaux de l’époque 4  retraçant les récits autobiographiques, témoignages des réfugiés mais aussi les actions des juifs pour favoriser leur émigration et obtenir des droits. Ces archives sont conservées à la CDEC. Si les journaux sont disponibles en numérique, le site n’est pas à jour. En route pour la CDEC !  

 

Aux archives de la CDEC : 

Revenons brièvement sur l’historique de l’institution. 

Fondée en 1955 à Venise, par l’Union de la Communauté israélite italienne, le centre a pour objectif de récolter documents et , c’est pourquoi la CDEC possède une importante banque de données appelée « I Nomi della Shoah » (Les noms de la Shoah), qui permet de retracer l’histoire des victimes de persécution et de déportation en Italie entre 1943 à 1945 5   

C’est lors de son transfert à Milan en 1986, que la CDEC, en devenant la fondation CDEC, assume pleinement son rôle d’archiviste. 

La fondation s’engage dans la récupération et la divulgation d’archives pour la recherche historique et sociologique. Elle travaille, d’autre part, en collaboration avec des structures culturelles et sociales à Milan, en Italie, mais aussi à l’étranger. La CDEC, depuis le 15 juin 2022, est installée au sein du mémorial de la Shoah de Milan et propose, très souvent, une exposition des documents d’archives au sein même du mémorial. 

L’accès aux archives est assez simple, mais nécessite tout de même une préparation. Il faut, en effet, remplir un document, prouvant ainsi notre statut étudiant et décrire notre sujet de recherche. Le jour suivant, l’autorisation est donnée par les référentes, une demande d’accès par mail la veille de ma venue à la CDEC permet l’accès aux archives, il convient toutefois de renseigner quelques informations, indiquer le fonds d’archive, ainsi que la pochette souhaitée. Il faut donc, se rendre sur le site de la bibliothèque numérique des archives 6  et trouver les documents qui nous intéressent. 

Certes le site est en italien, les archives elles aussi, cependant, pas de panique. Vous pouvez dès le classement numérique resserrer l’étau des archives sur votre recherche. Étant classées par fonds, personnes, institutions, lieux, années, cela permet un premier tri au sein des fonds et vous dirige directement vers un fonds qui semble être au plus proche de votre classement ou/et de vos mots clés (inscrits dans la barre de recherche du site). 

Si l’accès à la bibliothèque est libre, pour les archives il en est autrement. Les places sont limitées, 4 personnes maximum peuvent consulter les archives le même jour en réservant pour la journée. Les documents sont donnés par les référents et le jeu de la recherche peut commencer. 

 

Je ne peux que vous conseiller ce centre de documentation, on s’y sent très bien accompagné, les référentes archivistes mais aussi les bibliothécaires sont tous des passionnés par la documentation hébraïque, les livres demandés sont donnés dans l’heure et prêtables pour une étude plus approfondie chez vous ! De plus, c’est l’occasion de travailler dans un lieu fort qu’est le mémorial, et même si vous restez jusqu’à la fermeture, il se peut que les survivants de la recherche vous proposent de visiter le mémorial ! 

 

Béatrice Rigollet  

Master 2 Histoire – Les sociétés modernes et contemporaines dans les mondialisations  

Mémoire sous la direction de Sylvie Aprile 



Citer ce billet
mariesacareau (2024, 31 mai). RIGOLLET BÉATRICE. COMPTE-RENDU DE SÉJOUR AUX ARCHIVES DE LA FONDATION CDEC DE MILAN . Master Histoire de Nanterre. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11r2k

  1.    Formule de Danièle Lochak juriste française, professeure de droit public à l’université Paris-Nanterre    []
  2.   Je peux notamment vous conseiller l’ouvrage de HÖPFNER Florian François, L’évolution de la notion de réfugiés, Publications de la Fondation Marangopoulos pour les Droits de l’Homme, édition A.Pedone, 5 juin 2014.  []
  3.   Fond d’archive Angelo Sullam    []
  4.   IsraelLa Rassegna Mensile (Annexe du journal Israel)    []
  5.   La bibliographie des victimes de la Shoah sont toutes disponibles en ligne à cette adresse ; http://digital-library.cdec.it/cdec-web/persone     []
  6.   http://digital-library.cdec.it/cdec-web/storico#n  []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.