GHARBI SKANDER. ÉTUDE D’ARCHIVES : LA RACIALISATION DES TRAVAILLEURS TUNISIENS PENDANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Archives de La Contemporaine VAL 393/076. Vert-le-Petit : Inauguration de la mosquée édifiée pour les musulmans employés à la poudrerie du Bouchet. Le mufti El Mokrani prêchant devant les travailleurs tunisiens rassemblés, le 20/08/1915. 

L’évolution de la technique, de l’outillage mais surtout du nombre d’hommes impliqués a rendu la Première Guerre mondiale plus industrialisée et meurtrière que ce qui était prévu par les différents belligérants. C’est ainsi que dès 1914 les armées font face à des difficultés croissantes quant au matériel militaire et en nombre d’homme disponible. Pour pallier ces problèmes, la France plus proches que les autres colonies, ont fourni un important contingent de travailleurs coloniaux 1915 que envoyés en France 1. 

Cette tâche ayant été confiée conjointement entre le ministère des Affaires étrangères et le sous-secrétariat chargé de l’Artillerie et de l’équipement militaire devenu le ministère de l’armement et des fabrications de guerre en décembre 1916, de nombreuses archives sont ainsi disponibles aux archives diplomatiques de la Courneuve. Ces archives sur la « main-d’œuvre indigène en métropole » sont dans la série « guerre 1914-1918 » (cote 1CPCOM) dans le dossier « Afrique », dans le sous-dossier « question générales africaines » et réparties dans 4 cartons, de 1507 à 1510 allant de mai 1915 à mai 1918, ces cartons sont répartis sur deux microfilms aussi disponibles aux Archives diplomatique de la Courneuve aux numéros 1466 et 1326. Les archives choisies proviennent du premier carton numéro 1507 allant de 1915 à mai 1916, elles ont été choisies autour de la main-d’œuvre provenant de Tunisie. Un autre document nous permet une comparaison sur les considérations de la main-d’œuvre tunisienne entre le début et la fin de la guerre. Ce document se trouve aux archives de La Contemporaine dont la cote est F/DELTA/0884/27. Elle provient du carton n°27 sur les colonies comportant 3 composants : Travailleurs chinois ; politique chinoise ; Indochine. Le composant qui nous intéresse est celle sur les travailleurs chinois dans laquelle se trouve un document « relatif au recrutement de la main-d’œuvre coloniale nord-africaine et chinoise ». Celle-ci n’est pas daté mais nous pouvons en déduire qu’il a été produit vers la fin de la guerre.  

 

Mise en place de l’appel des ouvriers tunisiens.  

De nombreuses archives du carton permettent de dater et de retracer le projet de faire venir de la main-d’œuvre des colonies, notamment celle d’Afrique du Nord. Ainsi, une commission interministérielle des affaires musulmanes met en avant la question de l’utilisation de main-d’œuvre en travaillant sur un contrat applicable 2  aux « indigènes » venant travailler en France dès fin mai 1915 3  . Ce contingent permettant de soutenir l’industrie, les ports ainsi que dans les campagnes. Cette demande est soutenue par le député des Basses-Alpes. En premier lieu, la demande est faite pour appeler des Marocains, des Algériens, des Tunisiens, mais aussi des ouvriers japonais 4  . Jusqu’ici, l’émigration de main d’œuvre maghrébine était très minoritaire et touchait surtout de rares intellectuels 5  , certains Kabyles et des Marocains. Ainsi, une lettre de la sous-direction met en garde concernant l’apport en hommes qui peut être limité surtout lorsque les engagements sont sur volontariat 6  . Le résident général de la France à Tunis, Mr Alapetite, équivalent du premier ministre et co-gérant de la Tunisie avec le Bey dirigeant de la Tunisie avant le protectorat, donne ainsi comme raison qu’en Tunisie les ouvriers des villes ne « s’expatrient jamais » mais aussi que la population agricole est « diminuée très sensiblement par la mobilisation ». Dans le cas de la Tunisie, qui nous intéresse tout particulièrement, la différence entre urbains et ruraux peut s’expliquer par le système de mobilisation mais aussi par la situation agricole tunisienne.   

Avant la mise sous protectorat, un système de service obligatoire par tirage au sort était déjà en place. Dans ce système, les habitants des villes et les personnes jouant un rôle dans la vie administrative et religieuse ne prenaient pas part 7  . Ainsi, lors de la mise en protectorat, ce système fut gardé afin de légitimer le pouvoir en place et aussi attirer la faveur des élites tunisiennes. Les populations paysannes furent donc les plus touchées par les demandes en hommes de la guerre. Or ces derniers étaient déjà farouchement hostiles depuis la modernisation de la Tunisie débuté en 1837 qui a débouché sur une profonde crise économique et sociale qui a particulièrement touché les paysans tunisiens. Lors de cette crise, l’armée se modernise aussi au point de voir son contingent passé de 5 900 à 16 000 hommes. Ce qui aura comme conséquence une demande importante de la jeunesse paysanne dans une période de crise démographique dans une Tunisie qui économiquement se repose fortement sur l’agriculture. Enfin, lors de la guerre de Crimée, un contingent important de 15 000 hommes 8  fut envoyé pour venir en aide à l’Empire Ottoman. Cette campagne fut une catastrophe pour l’armée tunisienne 9  dont les pertes furent élevées à 5 000 10  soldats, majoritairement dues aux maladies sans pour autant avoir donné de grande victoire. De plus, ce chiffre ne prend pas en compte les nombreux soldats restés sur place. Il n’est donc pas étonnant de voir que les fellahs tunisiens ne soient pas intéressés par un recensement demandant aux Tunisiens s’ils voulaient travailler et envoyer en France pour la “défense national”. Presque exclusivement les « Indigènes de Tunis non astreints au service militaire et les populations des centres urbains » 11  ont ainsi répondu au recensement.  

De plus, la limitation dans le nombre d’engagés par an ne pouvant pas être augmenté en 1915, la priorité reste d’avoir des soldats plutôt que de la main-d’œuvre. Les tirailleurs étant considérés comme une élite militaire dû à la renommée de l’armée d’Afrique et utilisés comme troupe d’assaut 12  , cette priorité s’accentue d’autant plus par la réserve limitée de soldats disponible par an. C’est ainsi qu’une limite d’âge est imposée, seuls les hommes de plus de 35 ans sont concernés par ces engagements volontaires afin de favoriser l’engagement militaire. C’est ainsi que les premiers contingents de travailleurs tunisiens envoyé en France furent des Tunisois 13  .  

 

Une conception raciale des ouvriers coloniaux 

Une autre considération est à prendre en compte vis-à-vis du nombre peu important de Tunisiens envoyés en France, elle se base sur un point de vue racial venant de la France ou bien de Français dans les colonies.  

Ainsi dans un compte rendu sur l’emploi de la main d’œuvre indigène dans la métropole par le gouverneur de l’Algérie en juillet 1915 14  , une hiérarchisation raciale se met en place. Les Berbères d’Algérie, les Kabyles, les habitants de l’Aurès sont considérés comme de « rudes et excellents travailleurs » qui donneront un contingent important comparé à la Tunisie qui « donnerait peu. Sa population, bien moins nombreuse, est aussi moins énergique ; son climat plus débilisant ». Pour ce qui est du Maroc, les Marocains sont considérés comme « une race de travailleurs qui offre une supériorité incontestable sur les Algériens et les Tunisiens ». Les Berbères sont particulièrement mis en avant grâce à leur côté nomade mais aussi grâce à leur aide dans la colonisation de l’Algérie.  

Cette préférence entre ces supposées « races » est un procédé très ancré dans la politique coloniale du début du XXe siècle. Comme pour le discours sur les races guerrières, elle permet la création d’un outil politique. Ainsi, les Berbères, qui ont aidé à la colonisation de l’Algérie sont vus comme de bons travailleurs. Cependant, l’inverse ne se vérifie pas, les populations résistantes ou ayant résisté à la colonisation sont aussi perçues de manière plus positive 15  , ce dernier point expliquant la mise en avant des ouvriers marocains ainsi que la population kabyle. Pour ce qui est de la Tunisie, cette dernière a offert une résistance très limitée et le pouvoir Beylical en place a apaisé les résistance (sauf dans le sud de la Tunisie à la frontière tripolitaine).  

De plus, une autre explication nous est donnée par le lien entre les trois pays et leurs proximité idéologique avec l’Islam 16  . Ainsi le Maroc, qui n’a pas été une province ottomane, est montré comme étant plus proche de l’Europe et la Tunisie comme étant proche de l’empire ottoman et sont ainsi « les plus scrupuleux et les plus attachés au prestige des Ottomans ». Bien sûr, ces analyses raciales dépendent aussi fortement de l’expéditeur, dans le cas de la première lettre, elle provient du gouverneur général de l’Algérie, et dans le second cas elle provient de la section d’Afrique de l’état-major de l’armée dont les intérêts portent sur l’Algérie et le Maroc où des résistances existent encore.  

Dans une logique tout aussi coloniale, ces travailleurs coloniaux sont étroitement surveillés en France. Même si lors de l’arrivée de certains travailleurs en France, un problème a été observé, certains n’avaient pas l’âge ni les aptitudes physiques pour être envoyés dans la métropole et d’autres arrivaient à s’échapper 17  . La surveillance des travailleurs tunisiens était une partie importante sur une note de « l’emploi en France de la main d’œuvre africaine » 18  . Ce document permet de connaître les méthodes et directives concernant l’accompagnement économique, au niveau du transport, du contrat de travail, du recrutement, du cantonnement ou du logement, de l’ordre et enfin une dernière partie sur la « conduite et surveillance des ouvriers africains au travail, surveillance ». La note fait mention de surveillance pour les populations de l’arrière contre les « indigènes » dans les bistrots. La surveillance touche aussi bien les travailleurs n’allant pas à leurs postes.  

Cette surveillance permet tout de même d’apercevoir à plusieurs reprises des témoignages de travailleurs coloniaux dans ces archives grâce à cette surveillance ; nous avons des rapports sur « l’utilisation de la main d’œuvre des musulmans Nord-Africains » à Bordeaux 19  ainsi qu’à Paris 20  décrivant l’origine des travailleurs étant allé dans certaines usines spécifiques mais surtout les incidents et les difficultés. Ces derniers mettent aussi en avant les points forts comme la docilité pour certains ainsi que les points faibles tel que l’alcoolisme et un manque d’encadrement pour d’autres . 

Cet échantillon, qui se limite à la Tunisie, peut ainsi permettre de mesurer les choix et le déroulement de l’engagement des travailleurs tunisiens. La comparaison avec les autres pays et populations du Maghreb, d’un point de vue colonial, ainsi que la mise en place d’une surveillance peuvent permettre d’avoir une source sur le déroulement du travail et des résistances des travailleurs coloniaux. Il peut aussi être intéressant de comprendre, puis de comparer, les premières craintes et réflexions raciales avec celles d’après-guerre où ces travailleurs coloniaux ont été observés voire étudiés. 

 

Avant et après l’expérience, un changement de perception. 

L’historien Laurent Dornel, montre dans ses travaux qu’une politique racialiste tendant à mettre en avant des classements de la mains-d’œuvre étrangère fut normaliser pendant la Grande Guerre. C’est ainsi que de nombreuses listes furent produites, comme le classement réalisé par Joseph Lugand en « prenant pour base le rendement d’un ouvrier français et en attribuant aux autres des rangs décroissants » 21   : 

1.Italiens. Très bonne main-d’œuvre, docile, régulière. 

2.Espagnols. Très bonne main-d’œuvre, tendances nomades. 

3.Portugais. Bonne main-d’œuvre. Dociles, aptes aux travaux de force. 

4.Grecs. Dociles, intelligents, spécialistes, peu aptes aux travaux de force. 

5.Marocains. Très bonne main-d’œuvre agricole. 

6.Kabyles. Assez bonne main-d’œuvre. 

7.Chinois du Sud. Robustes et dociles. Chinois du Nord. Médiocres, peu disciplinés. 

8.Annamites. Bons pour les travaux d’adresse, main-d’œuvre quasi féminine. 

9.Malgaches et Martiniquais. Dociles et faibles. » 

 

Une comparaison nous est possible grâce à un compte rendu fait sur la question « relative au recrutement de la main-d’œuvre coloniale nord-africaine et chinoise » trouvé aux archives de La Contemporaine 22  . Non-datée elle devait servir à préparer l’après-guerre et une hypothétique pénurie de main-d’œuvre. Ce document a comme objectif premier une volonté de trouver une population idéale par des représentations anthropologiques bien stéréotypées et de leurs supposées adaptation en territoire français à long terme.  

Ainsi, les travailleurs tunisiens  

« Présentent les mêmes caractéristiques que les Marocains. Le Tunisien viendra travailler en France surtout comme saisonnier. Quelques bons ouvriers, aimant le travail, pourront prolonger leur séjour, mais ce sera l’exception ; à moins qu’il ne s’en trouve parmi eux qui aient acquis un métier dans les établissements de la guerre et qui soient tentés par un salaire avantageux. L’emploi de cette main-d’œuvre offre des avantages, car le Tunisien est généralement doux. Il a le respect de la force et de l’autorité. Il faut faire preuve, à son égard, de fermeté, mais aussi de justice. Une punition sévère mais méritée, le laissera sans rancune. Il a besoin d’être astreint à une surveillance constante, car souvent il n’hésitera pas à commettre un larcin s’il se croit à peu près sûr de l’impunité. » 23  

 

Nous sommes bien loin des premières considérations, à tel point que les ouvriers marocains et tunisiens sont sur un même pied d’égalité. De plus, dans un pays où l’agriculture reste l’économie principale du pays, les Tunisiens ont pu être déployés dans des usines militaires, le document en parle comme d’une « expérience »  

« L’expérience faite sur les Tunisiens en service dans les établissements de la guerre a montré que ces ouvriers, embauchés comme manœuvres, étaient susceptibles de rendre de plus utiles services, ils peuvent s’élever, se perfectionner, s’instruire, mais ils s’assimilent aussi très rapidement les vices de l’ambiance, et il est nécessaire d’exercer sur eux une tutelle morale. » 24   

Ainsi, la perception des ouvriers tunisiens a changé lors de la guerre entre ces deux archives. Cependant, il faut aussi prendre en compte que ces listes sont bien souvent inconsistantes 25  . Et bien qu’une séparation puisse souvent revenir entre l’Europe, l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharien, elles changent souvent à l’intérieur même de ces catégories et une en particulière est bien plus mobile : le cas des ouvriers chinois.  

Entre l’exemple donné dans l’ouvrage de Laurent Dornel et le nôtre, le premier le classe derrière l’Afrique du Nord, tandis que dans notre exemple, ils sont présentés comme les personnes parfaites pour venir, rester, travailler et s’adapter au monde du travail en France.  

« Généralement grands et vigoureux, ils supportent également bien le froid et la chaleur, agriculteurs Passionnée […] aptes à devenir de très bons ouvriers », en plus de ça, la Chine possède des « immenses réservoir d’hommes ». Enfin : « Souvent ils se marient avec des femmes du pays, n’hésitant pas pour cela à adopter la religion de celle-ci, si la chose est nécessaire. Soumis à l’autorité, ils occasionnent rarement des désordres. Ils vivent presque toujours entre eux [il y a aussi une certaine volonté de l’état à contrôler les travailleurs étrangers qui se retrouvent dans le document], d’autant plus que, dès que l’agglomération des émigrants est suffisamment importante, il se fonde des boutiques, des restaurants, tenus par des Chinois, chez lesquels sont presque exclusivement les compatriotes » 26   
 

Une piste d’explication pourrait se trouver dans les dates de production des documents. L’une vers la fin de la guerre et l’autre bien après en 1919. Or, dès la fin de la guerre ces derniers vont très rapidement rentrer. Des 40 000 Chinois embauchés par la France, il n’en restera déjà qu’un millier en 1920 27  . Cette perte de mains-d’œuvre provenant des conditions de travail subit par les ouvriers chinois 28  a probablement dû créer une déception pour l’administration française.  

Ainsi, plusieurs questions peuvent se poser entre ces archives pour les ouvriers Tunisiens : Comment expliquer ce changement de points de vue lors de la guerre ? Y a-t-il une différence de traitement entre les supposées « races » et comment se traduit-elle pour les Tunisiens ? Pouvons-nous expliquer cette inconsistance de la perception française vis-à-vis de tel classements ? Quelle est la composition au long de la guerre des travailleurs tunisiens ? 

Gharbi Skander 

M2, Parcours 2 : sociétés moderne et contemporaine dans la mondialisation. 

Mémoire sous la direction de Julie Le Gac. 

  1.   Jagielski Jean-François, « Entre gratitude forcée, rejet et coercition : les travailleurs coloniaux de la Grande Guerre », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 3, vol. 91, 2008, p. 84‑89, [https//doi.org/10.3917/mate.091.0014].    []
  2.   CADLC/1CPCOM/1507/84, Duplicata d’un contrat de travail pour la main d’œuvre coloniale en 1916   []
  3.   Archives diplomatique de La Courneuve/1CPCOM/1507/2, sur les vœux émis par la commission interministérielle des affaires musulmanes dans sa séance du 27 Mai 1915  []
  4.   CADLC/1CPCOM/1507/4-5,  sur l’utilisation de la main d’œuvre d’AFN en juin 1915 par le député des basses Alpes André Honorat  []
  5.   Jagielski Jean-François, « Entre gratitude forcée, rejet et coercition : les travailleurs coloniaux de la Grande Guerre », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 3, vol. 91, 2008, p. 84‑89, [https//doi.org/10.3917/mate.091.0014].  []
  6.   CADLC/1CPCOM/1507/10, document n°282 du 5 juillet 1915 sur l’emploi de la main d’œuvre indigène tunisienne par le résident général de la République française à Tunis.   []
  7.   Archives nationales de Tunis, E 479 1, recrutement de 1914, opérations de recrutement, document numéro 50, exemplaire de la loi sur le recrutement produit en 1914  []
  8.   Gillet Pierre-Emmanuel et Simon Raphaël, La Tunisie et la grande guerre, Cap régions éditions, Noyon, 2019, p. 24‑25.  []
  9.   Bessis Sophie, Histoire de la Tunisie: De Carthage à nos jours, Editions Tallandier, Paris, 2019, Ibid., chap. VII. Réformes et dépendances, 1835-1881.  []
  10.   Ibid  []
  11.   CADLC/1CPCOM/1507/88, sur “la fournitures de main-d’œuvre à la métropole pour la défense nationale”, 20 janvier 1916 par le résident général de la République française à Tunis.   []
  12.   Larcade Jean-Louis, Zouaves et tirailleurs, op. cit., chap. 1, Zouaves et tirailleurs : naissance et création d’un mythe.    []
  13.    CADLC/1CPCOM/1507/165, reproduction d’un télégramme fait le 4 mai 1916 sur l’envoie de 500 travailleurs tunisiens.  []
  14.   CADLC/1CPCOM/1507/15 à 38, sur l’emploi de la main d’œuvre indigène dans la métropole, 6 juillet 1915 par le gouverneur général de l’Algérie  []
  15.   Soubrier Stéphanie, Races guerrières – Enquête sur une catégorie impériale 1850-1918, CNRS editions, 2023.  []
  16.   CADLC/1CPCOM/1507/61, sur le projet de nouveaux appels aux ressources de l’AFN pour le recrutement de nos formation indigènes et de la main d’œuvre, 29 décembre 1915  []
  17.   CADLC/1CPCOM/1507/44, sur les problèmes de réglementation de l’engagement de la main d’œuvre indigène, 29 juillet 1915, par le gouverneur général de l’Algérie  []
  18.   CADLC/1CPCOM/1507/76 à 83, note sur l’emploi en France de la main d’œuvre africaine, janvier 1916    []
  19.   CADLC/1CPCOM/1507/114 à 124, Rapport sur l’utilisation de la main d’œuvre des musulmans nord-africains à Bordeaux,15 janvier 1916, par l’officier interprète chef du service d’assistance et de surveillance des musulmans dans la 18e région, A.G.P Martin  []
  20.   CADLC/1CPCOM/1507/201 à 207, sur la main d’œuvre des indigènes algériens, tunisiens et marocains à Paris, 23 mai 1916 par G. Delphin.  []
  21.   Dornel Laurent, « Étrangers et coloniaux au travail », Les étrangers dans la Grande Guerre, La Documentation française, Paris, coll. « Le Point sur l’immigration en France », 2014, chap. étrangers et coloniaux aux travail 34‑54.  []
  22.   La Contemporaine, F delta 884/27, contenant de nombreux documents diplomatiques sur la situation des ouvriers chinois venus travailler en France pendant la Première Guerre Mondiale. Notre archive n’est ni numérotée ni datée.  []
  23.    Ibid.  []
  24.    Ibid .  []
  25.   De la même manière que pour les races guerrières : Soubrier Stéphanie, Races guerrières – Enquête sur une catégorie impériale 1850-1918, CNRS éditions, 2023.  []
  26.    Ibid  .  []
  27.   Dornel Laurent, « Les travailleurs chinois en France pendant la Grande Guerre », Hommes & migrations. Revue française de référence sur les dynamiques migratoires, n° 1308, 1 octobre 2014, p. 174‐178.    []
  28.   Dornel Laurent, « Les travailleurs chinois vus par l’administration militaire française (1914-1918) : assignation, identification et représentations », in Li Ma (dir.), Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale, CNRS Éditions, Paris, coll. « CNRS Alpha », 2019, p. 265‑284. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariesacareau (20 juin 2024). GHARBI SKANDER. ÉTUDE D’ARCHIVES : LA RACIALISATION DES TRAVAILLEURS TUNISIENS PENDANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE. Master Histoire de Nanterre. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11v7l


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.